/
+261 32 44 944 26 / +261 34 74 019 79

Madagascar est un pays d’Afrique situé dans l’Océan Indien. Aussi appelé « île Rouge », il imite à quelques détails près la forme du pied gauche. Madagascar se démarque de par sa flore et sa faune hors du commun. La diversité de ses espèces animales endémiques, la beauté de ses paysages, l’amabilité de son peuple, ses piscines naturelles et la douceur de son climat en font également une destination touristique unique au monde.

Madagascar est sis dans la partie Est de l’Océan Indien. De par sa taille, il se trouve à la quatrième place dans le classement des plus grandes îles au monde. De plus, bon nombre de trésors naturels y sont enfouis. Il fut un temps où l’île était la destination favorite des pirates ainsi que des navigateurs en quête de trésors cachés. Bien sûr, au fil des années, les voyageurs n’ont eu de cesse d’augmenter. Certains ont même choisi de s’y installer pour découvrir pas à pas la beauté de cette île. Madagascar est tout simplement une attraction de rêve.

Riche en biodiversité, Madagascar possède des falaises mythiques, des forêts tropicales et des sites touristiques d’exception. À ceux-là viennent s’ajouter de multiples activités. L’hospitalité de ses habitants attire de plus en plus de touristes chaque année.

Madagascar est une île particulièrement riche en plantes aromatiques et médicinales. Les habitants exploitent ainsi la nature de façon positive. Ils maîtrisent toutes les techniques pour fabriquer des huiles essentielles. Ces dernières sont à la fois naturelles, biologiques et de qualité.

L’île Rouge brille de par sa grande richesse faunistique et floristique. En effet, Madagascar compte en moyenne plus de 80 % d’espèces endémiques. Les lémuriens, les amphibiens, les oiseaux et les plantes vasculaires en font partie.

L’histoire de Madagascar

Avant la colonisation, c’est-à-dire pendant le XIXème siècle, Madagascar a été dirigé par une dynastie royale. La colonisation française, quant à elle, a perduré 65 longues années, soit de 1895 à 1960. Cette période fut marquée par la construction de nombreuses infrastructures. Le général Gallieni et certains cadres coloniaux en sont les précurseurs. Parmi les ouvrages les plus anciens, nous avons :

  • Le tout premier réseau ferroviaire reliant Antananarivo et Toamasina. Il a été créé en 1903.
  • Le réseau ferroviaire malgache. L’exécution du chantier a duré une trentaine d’années, soit de 1905 à 1935.
  • Les écoles
  • L’Institut Pasteur de Madagascar qui fut instaurée dans la capitale

Vers les années 1907, le pays s’est fortement enrichi grâce à l’exportation.

Le premier gouvernement malgache affranchi de la colonisation française naquît le 10 octobre 1958. Mais ce n’est qu’en 1960 que le pays a été proclamé indépendant. Depuis le 26 juin 1960, plusieurs dirigeants s’y sont succédé. La Première République a débuté en 1960 pour s’achever en 1975. La Deuxième République s’est perpétuée pendant 16 ans, de 1975 à 1991. La Troisième République, quant à elle, a duré de 1991 à 2010. Depuis 2010 jusqu’à maintenant, Madagascar est sous la Quatrième République.

La géographie physique de Madagascar

D’une superficie de 587.295 km², Madagascar figure parmi les plus grandes îles du monde. Appartenant au continent africain, ce pays se situe entre l’Océan Indien et le canal de Mozambique. La distance entre Madagascar et l’Afrique de l’Est est de 400 km. L’île fait 1580 km de long (du nord au sud) et 580 km de large (d’est en ouest).

Madagascar est entouré par les îles Éparses, Seychelles, Maurice et La Réunion. Au loin, on peut également apercevoir l’archipel des Comores. Les hautes terres centrales de l’île forment une chaîne de montagnes d’une hauteur de 1000 à 1500 mètres en moyenne. Elles représentent 70% de la superficie de Madagascar. Par contre, les plaines parsemées d’alluvions occupent la partie ouest. Les falaises, pour leur part, dominent la partie orientale de la Grande Île.

De nombreux fleuves traversent l’île de Madagascar. Parmi les principaux, on cite Mangoro, Mananara, Faraony, Manampatrana et Manambatana. Ces derniers sont localisés dans la partie Est. Les fleuves de l’Ouest sont, entre autres, Mangoky, Betsiboka, Tsiribihina, Manambolo, Fiherena et Mahatsiatra. Madagascar possède également cinq grands lacs, dont l’Alaotra. Il s’étend sur une superficie de 182 km².

La présentation générale du relief de Madagascar

Les forêts tropicales de Madagascar méritent une attention particulière. Elles séduisent de nombreux touristes. Le relief de l’île Rouge n’est pas non plus en reste. Il lui confère un charme tout à fait particulier. Madagascar abrite des plateaux ainsi que des plaines aux formes variées. Cette disparité, le pays le doit à la géologie ancienne. En effet, ces rugosités donnent du relief à l’île. Les hauts plateaux du Centre et les plaines étendues de l’Ouest forment un paysage à couper le souffle.

Situés au centre, les hauts plateaux couvrent à peu près 60 % de l’île. Ils représentent trois massifs principaux localisés à Tsaratanana, à Ankaratra et à Andringitra.

Maromokotro symbolise le plus haut massif de Madagascar. Ce sommet volcanique se trouve à Tsaratanana et culmine à 2876 m d’altitude.

Le pic Boby est une montagne de 2658 m de hauteur. Il est localisé à l’Andringitra.

Le massif volcanique de Tsiafajavona perche à 2642 m d’altitude. Il se situe dans l’Ankaratra.

Le massif de l’Isalo abrite un magnifique parc national. Ce relief fait de Madagascar une destination touristique incontournable. Il en est de même pour les chaînes Tsiafapandroaka et Andrafiamena ainsi que les monts de l’Ivakoany et de Kalambatritra.

Madagascar possède une vaste barrière de corail. Cette dernière longe presque toutes les côtes.

Qu’en est-il du climat de Madagascar ?

À Madagascar, le climat est principalement tropical. À priori, le pays est subdivisé en cinq zones climatiques bien distinctes.

Les zones Nord et Nord-Ouest subissent l’influence de la mousson. En d’autres termes, de décembre à avril, les pluies y sont très abondantes.

La côte Est se démarque par un climat tropical humide. Cette zone se voit continuellement exposer aux vents des alizés. Elle constitue également une des principales zones de passage des cyclones, surtout entre janvier et mars. L’on y enregistre toujours de sérieux dégâts.

La zone Ouest est marquée par une faible pluviométrie. Durant les saisons chaudes, la température atteint plus de 37 °C.

Le climat des hautes terres centrales est du type subtropical. Pendant l’été, on constatedes pluies prépondérantes.

Dans l’extrême sud de l’île, les pluies se font vraiment rares. Le climat y est du type subdésertique. En effet, la région connait à longueur de temps une forte sècheresse.

L’île de Madagascar est soumise à l’influence des alizés et de la mousson.Ce sont la saison des pluies et la saison sèche qui y prédominent. La saison humide commence en novembre et se termine enavril. Elle se caractérise aussi par le passage d’un ou plusieurs cyclones. Malgré cela, le soleil reste au rendez-vous. La saison sèche, aussi connue sous le nom de saison fraiche, prend place de mai à octobre.

L’hydrographie de Madagascar

Le réseau hydraulique de Madagascar se divise en deux parties.Le versant oriental se trouve du côtéde l’Océan Indien, tandis que le versant occidental vers le canal de Mozambique.

Les principaux cours d’eau du versant Est sont :

  • Le Mangoro qui coule du Nord au Sud. Il fait un détour vers l’Est avant de se verser dans l’océan.
  • Le Maningory se jette dans la mer du Nosy Boraha, à Sainte-Marie
  • Le Mananjara
  • Le Mananara
  • Le canal des Pangalanes qui longe la ville de Foulpointe jusqu’à Farafangana

Il convient de préciser que la majorité des fleuves de Madagascar se trouve l’Ouest. L’on peut retenir les fleuves de l’Ikopa, de Betsiboka, de Mangoky, de Tsiribihina, de Mahavavy, de Manambolo, de Manambaho, de Sofia et de l’Onilahy. Il faut savoir que presque tous les cours d’eau présents sur le sol malgache ne sont pas navigables.

Madagascar regorge de lacs. Les plus intéressants sont le lac Itasy, le lac Alaotra et le lac Kinkony. Ils se situent respectivement dans les hautes terres centrales, à l’ouest de Fenoarivo Atsinanana et au Nord-est du cap Saint-André.

Les côtes de Madagascar

Quelque peu rectiligne, la côte Est de Madagascar est délimitée par le cap d’Ambre, au Nord, et par Fort-Dauphin, au Sud. De superbes baies font le charme du littoral est. Les touristes sont particulièrement séduits par la baie d’Antongil, le cap Masoala, la baie de Diégo-Suarez et le Cap d’Ambre.

Dans la partie sud, les caps Barrow et Vohimena démontrent un charme tout à fait singulier. Le Nord, quant à lui, abrite la baie du Courrier et le cap Saint-Sébastien. L’ensemble de la côte Nord-Est est protégé par une barrière de corail.

Le littoral ouest accueille la baie de Saint-Augustin, le cap Saint-Vincent, la baie de Tsiribihina, le cap Saint-André, la baie de Mahajamba, la baie de Bombetoka, la baie d’Ampasindava ainsi que la baie de Narinda.

Madagascar ne reflète pas uniquement l’empreinte du pied gauche. Cette île reproduit aussi un superbe corps arrondi. En effet, il semblerait que la forme du pays s’apparente à celle d’une femme enceinte dont la tête se tourne vers le nord. En chiffre, le littoral de Madagascar mesure en tout près de 4828 km.

La population malagasy

De nombreuses recherches stipulent que la majorité des Malagasy est originaire de l’archipel indonésien. Leurs ancêtres sont communément connus sous l’appellation « Ntaolo ». Jadis, ce peuple originel se divisait en deux groupes : les Vazimba et les Vezo. Les premiers vivaient dans les forêts, tandis que les seconds s’installèrent sur les côtes de Madagascar.

Entre l’an 700 et 1600, des immigrants de l’Orient, du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Europe ont débarqué sur l’île. Non seulement ces derniers apportèrent un nouvel air au peuple ancestral, mais ils leur firent également découvrir des cultures, des technologies ainsi que des politiques nouvelles. Cette invasion marque le commencement de l’époque féodale. Plus concrètement, elle a débuté dans le courant du XVIème siècle.

Petit à petit, des ethnies se sont formées dans la Grande Île, laissant ainsi place à une nouvelle ère. Il s’agit de l’époque ancienne qui a duré entre 1600 et 1895.

La population malagasy est aujourd’hui considérée comme une mixtion entre le peuple originel, les « Ntaolo », et les immigrants arrivés plus tard.

Durant l’époque ancienne, le peuple malagasy n’a aucunement été épargné par l’esclavage. Certains documents et ouvrages déclarent que beaucoup d’esclaves ont été expédiés au Pérou. Du sang malgache se trouverait donc en Amérique du Sud.

Les 18 ethnies qui peuplent Madagascar

L’île de Madagascar compte actuellement un peu plus de 24 millions d’habitants. Ils sont divisés en 18 ethnies bien distinctes. Cette diversité ethnique résulte d’un mélange de races variées issues des immigrations d’antan et des Ntaolo. Cette dissemblance ne signifie en aucun cas que les Malagasy appliquent la discrimination raciale. Au contraire, cette pluralité fait sa force. Les cultures, les politiques et les coutumes varient d’une ethnie à une autre.

Depuis l’époque de la royauté jusqu’à aujourd’hui, on recense 18 principales ethnies. Du Nord au Sud,les voici : Antakarana, Sakalava, Vezo, Tsimihety, Betsimisaraka, Sihanaka, Bezanozano, Merina, Betsileo, Antaifasy, Antambahoaka, Antemoro, Antaisaka, Tanala, Mahafaly et Antandroy.

Mis à part ces différentes ethnies déjà existantes, d’autres communautés ont vu le jour grâce aux dernières immigrations. Ainsi, les Comoriens, les Indo-pakistanais et les Chinois font aujourd’hui partie intégrante de la communauté malagasy.

Au final, la Grande Île de Madagascar abrite une variété de races ainsi de cultures toutes aussi attrayantes les unes que les autres.

Les provinces et les régions de Madagascar

Madagascar recense plus de 24 millions d’habitants. Ils sont répartis dans ses six provinces et 22 régions.

Les provinces de Madagascar

D’un point de vue géographique, économique et politique, Antananarivo se positionne comme la capitale de Madagascar. Située au centre de l’île, cette province accueille un peu plus de 2 millions d’habitants.

Aussi appelée Diégo-Suarez, la province d’Antsiranana se trouve à l’extrême nord de Madagascar. Elle abrite le troisième grand port de l’île.

La province de Fianarantsoa, quant à elle, se situe sur les hautes terres. Ce chef-lieu de la région Haute-Matsiatra compte environ 200.000 habitants.

Mahajanga est une province localisée dans la partie nord-ouest de Madagascar.

La province de Toamasina se trouve au nord-est d’Antananarivo. Un peu moins de 400.000 âmes occupent cette grande ville.

Toliara est sise à proximité du tropique du Capricorne. Cette province excelle en importation ainsi qu’en exportation de produits divers. Le coton, le sisal, l’arachide, le riz et le savon en font partie.

Les régions de Madagascar

Les six provinces de Madagascar sont subdivisées en 22 régions. Cette restructuration date de l’année 2004.

Voici une liste complète de toutes les régions :

  • Antananarivo : Itasy, Analamanga, Vakinankaratra et Bongolava
  • Antsiranana : Diana et SAVA
  • Fianarantsoa : Amoron’i Mania, Haute-Matsiatra, Vatovavy-Fitovinany, Atsimo-Atsinanana et Ihorombe
  • Majunga (Mahajanga): Sofia, Boeny, Betsiboka et Melaky
  • Toamasina (Tamatave) : Alaotra Mangoro, Atsinanana et Analanjirofo
  • Toliara : Menabe, Atsimo-Andrefana, Androy et Anosy

La culture malagasy et les religions

La diversité de sa population fait de Madagascar un pays riche en cultures. Cela inclut la musique, les coutumes et la religion. En quelques années seulement, cette immense île est devenue le lieu de rencontre de plusieurs pratiques traditionnelles.

Près de la moitié des Malagasy prône la religion chrétienne. Ils sont soit protestants soit catholiques. Il faut cependant admettre que beaucoup d’entre eux restent fidèles à la religion traditionnelle. Les pratiques varient d’une ethnie à une autre. On fait surtout référence au « fomban-drazana ». Par ailleurs, l’hindouisme et l’islamisme se retrouvent aussi parmi les religions très présentes à Madagascar.

Côté musique et art, Madagascar se présente comme un pays aux mille couleurs. Les musiques traditionnelle et contemporaine sont toutes deux très populaires dans la Grande Île. À ce propos, de nombreuses cérémonies traditionnelles sont à découvrir à Madagascar. Il en est de même pour les festivals culturels. Les plus célèbres sont le Batrelaky, qui est représentatif de la région Sud-Est, le Donia et le Madajazzcar. Le DONIA se fête tous les ans à Nosy-Be et le Madajazzcar dans la capitale. Cet évènement a également lieu chaque année.

En ce qui concerne les cérémonies traditionnelles, nous avons le Fitampoha que l’on connait aussi sous le nom de Fanompoambe. C’est une pratique emblématique de l’ethnie Sakalava. Les Antakarana, quant à eux, célèbre le Tsanga-Tsaina. Ce ne sont là que des exemples parmi tant d’autres. Pour toutes les découvrir, il faudra planifier un voyage à Madagascar.

Les coutumes malgaches

Les Malagasy accordent une attention toute particulière aux rites ainsi qu’aux traditions jadis instaurés par ses ancêtres. Ces derniers en font également un pays exceptionnel. Il est vrai que les cérémonies rituelles diffèrent d’une région à une autre. En revanche, toutes respectent les coutumes.

Par exemple, l’exhumation des morts ou famadihan-drazana est une pratique qui fait l’unanimité sur toute la Grande Île. Durant cette grande fête, toute la famille se retrouve pour honorer les ancêtres. Pour ce faire, les membres enveloppent leur corps de linceul fait à base de soie naturelle. L’exhumation est une vieille tradition qui se pratique jusqu’à aujourd’hui. Elle ne cessera d’ailleurs jamais d’exister puisque les coutumes sont des choses auxquelles le peuple malagasy tient réellement.

La circoncision des petits garçons fait aussi partie de la tradition malgache. Cette pratique a le vent en poupe, surtout pendant la saison hivernale.

Les traditions ne sont pas les mêmes pour chaque ethnie. Sur les hauts plateaux, par exemple, les habitants célèbrent le nouvel an lunaire malgache, plus connu sous l’appellation d’Alahamadibe. Pour leur part, les ethniesde l’Est de Madagascar réalisent le « Tody Saotra ». C’est un rite incontournable avant la circoncision des garçons. L’on a également recours à cette pratique avant que les fillettes ne se fassent percer leurs oreilles pour la première fois.

Les langues et les dialectes

Madagascar a comme langue officielle le malagasy. Néanmoins, chaque région possède son propre dialecte. À priori, les sens des mots et des phrases sont conservés. D’une manière plus concise, la langue maternelle est le malgache, mais la manière de dialoguer varie selon les provinces.

À Antananarivo, le dialecte le plus utilisé est le Merina, tandis qu’à Toamasina, c’est le Betsimisaraka. À Antsiranana et à Toliara, l’on pratique respectivement les dialectes Antakarana et Vezo. Le dialecte Betsileo prône dans la ville de Fianarantsoa. Celui de Mahajanga est le Sakalava.

Madagascar est un pays francophone, raison pour laquelle le français se situe en deuxième place dans la liste des langues pratiquées. Le pays est actuellement membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). La majorité des centres d’apprentissage et des écoles proposent des cours en langue française. Il en est de même pour les universités publiques. En effet, près du quart de la population malgache connait le français. La pratique, quant à elle, peut être habituelle ou occasionnelle.

La langue anglaise s’est imposée à la troisième place entre 2007 et 2010. Par contre, la nouvelle constitution sortie en novembre 2010 ne l’a pas mentionné. Sa position actuelle soulève de nombreuses questions. Le chinois, l’italien et l’allemand comptent également parmi les nombreuses langues pratiquées par la population malagasy.

La biodiversité de Madagascar

Madagascar doit sa biodiversité à son emplacement ainsi qu’à son climat. L’île Rouge regorge d’espèces endémiques fascinantes qui sont uniques au monde. Cela inclut les espèces faunistiques et floristiques.

Parmi les animaux rares de Madagascar, on cite le Microcebus berthae. Ce lémurien de 10 cm vit sur un arbre. Le Calumma crypticum est un caméléon qui se démarque de par son long museau. Il y a aussi l’hapalemur alaotrensis, un primate endémique de Madagascar. On le retrouve principalement aux alentours du lac Alaotra. La particularité de cet animal réside dans le fait qu’il vive dans les roseaux. Normalement, un primate devrait nicher dans les arbres.

Chaque année, de nouvelles espèces endémiques font leur apparition. Bien que plusieurs animaux et plantes soient déjà répertoriées, il subsiste encore des espèces non classifiées. Ils représentent environ 3% de la flore mondiale.

Malheureusement, la biodiversité de la Grande Île de Madagascar est en danger. Cela est dû à la pratique de la culture sur brûlis et à la déforestation illégale, entre autres.

Découvrir la faune de Madagascar

De par sa biodiversité, Madagascar se retrouve parmi les îles les plus exceptionnelles au monde. À lui seul, le pays affiche un taux d’endémicité de 80%. Même si l’île est plus ou moins isolée du reste du monde, il abrite plusieurs animaux endémiques. Y figurent des espèces de lémuriens, de grenouilles, d’oiseaux, de reptiles, de papillons, de mammifères et d’animaux aquatiques.

Il faut savoir que les lémuriens sont les animaux représentatifs de l’île Rouge. La preuve, tous les espèces de lémuriens de la planète se trouvent majoritairement à Madagascar. En chiffre, Madagascar possède 40 espèces de caméléons, 50 genres de lémuriens, 36 types d’oiseaux, 200 sortes de reptiles, 41 espèces de mammifères, 17 races de poissons ainsi que 69 variétés d’amphibiens. Et encore, la liste n’est pas exhaustive. Les animaux qui existent dans la Grande Île ne sont pas à craindre. La raison en est qu’ils ne sont en aucun cas venimeux.

D’après les légendes, des dinosaures auraient aussi vécus sur l’île il y a des siècles de cela. La présence de fossiles très anciens en est la preuve. Quand bien même l’île ne couvre plus qu’une infime partie de sa forêt primaire, Madagascar demeure l’un des endroits les plus riches en biodiversité. Cette singularité découle de la présence de plusieurs espèces faunistiques endémiques.

La flore de Madagascar

Madagascar compte près de 12 000 variétés de plantes. Contrairement aux autres pays du monde entier, l’île Rouge dispose de la flore la plus riche en diversité.

Parmi les espèces endémiques de Madagascar, il y a la vanille, la cannelle, l’ylang-ylang, le cacao, le poivre, le girofle et le café. Les experts ont recensé 110 types de palmiers, 700 espèces d’orchidées, 12 000 sortes de plantes ainsi que d’innombrables variétés d’épice. La présence de forêt tropicale et de forêt primaire y est pour quelque chose.

Les différentes espèces de bois précieux mettent également en avant la beauté de la flore de Madagascar. Les plus appréciées sont le bois de rose, le baobab, le bois d’ébène, les gros bambous et le palissandre. Le Népenthès, une plante carnivore, figure aussi parmi les espèces endémiques de cette magnifique île.

Sa végétation hors du commun permet à Madagascar de produire une large gamme d’huiles essentielles pureset de haute qualité. Il est à préciser que les meilleures huiles essentielles sont extraites des plantes médicinales et aromatiques des forêts de l’île Rouge. À titre d’information, le taux d’endémicité de la flore de Madagascar est de 90%.

Les paysages malgaches

La superbe et immense île de Madagascar renferme de merveilleux paysages aux mille couleurs. Que ce soit sur les côtes ou sur les hautes terres, le pays réserve aux visiteurs de belles perspectives qui resteront à jamais gravées dans leur mémoire. Les forêts abondantes de l’Est, le bush semi-désertique du grand Sud, les collines sédimentaires et les massifs volcanique de l’Ouest, et les hauts plateaux granuleux du Centre forment un paysage à couper le souffle.

De par ses reliefs variés, Madagascar peut fournir à ses visiteurs des paysages uniques au monde. On citera notamment les rizières, les mangroves, les plages de sable fin, les lagons, les fleuves, les lacs et les espèces endémiques. Ils sont répartis à travers l’île. Sur les routes ainsi que dans les villages, la riziculture et l’élevage bovin se feront sentir. Ces pratiques existent depuis belle lurette.

La beauté des paysages des côtes de Madagascar vaut véritablement le détour. S’étendant sur plus de 5000 km, son littoral demeure un patrimoine très réservé. Il n’y a pas plus efficace pour se forger de beaux souvenirs.

La géologie de Madagascar

En raison de son emplacement, plus précisément de son isolement, Madagascar bénéficie d’un taux d’endémicité très élevé, sans parler de ses importantes richesses géologiques. La Grande Île abonde de fascinants produits géologiques. Dans la liste, on retrouve les arbres fossilisés, le marbre et le saphir. À ceux-là s’ajoutent des pierres fines ainsi que des pierres semi-précieuses, telles que l’aigüe marine, la topaze, la tourmaline, le grenat et la topaze. Par conséquent, la lapidairerie, la joaillerie, l’artisanat, l’art et la bijouterie comptent parmi les activités les plus fructueuses à Madagascar.

Les circuits de minéraux et de pierre feront à coup sûr le bonheur des passionnés de géologie. Le parcours choisi est celui reliant la capitale à Fort-Dauphin. Des mines de grenat, de saphir, d’améthyste et de rubis sont visibles sur ce chemin. On aperçoit également des productions industrielles de jaspes et de labradorites.

Pour la petite histoire, il y a plusieurs centaines de millions d’années, Madagascar appartenait à un supercontinent nommé Gondwana. Ce dernier s’est désarticulé pour former les actuels cinq continents. L’île isolée s’est alors transformée en un lieu plein de merveilles géologiques sans pareilles.

L’artisanat malgache

À Madagascar, l’artisanat est une activité professionnelle à part entière. Chaque région a sa spécialité, pour ne citer que le fameux papier des Antemoro, le tapis mohair du grand Sud, les maquettes de bateaux d’Antananarivo et la fonte d’aluminium de la ville d’Ambatolampy. Tous les produits sans exception sont de véritables œuvres d’art.

La marqueterie, la broderie, la tabletterie et la rabane font également la particularité de l’artisanat malgache. De nombreux touristes ont été conquis par les nappes brodées à la main, les coffrets en bois munis d’assemblage décoratif ainsi que les objets de décoration en raphia. Il n’est également pas rare de trouver des produits fabriqués à base de corne de zébu. Tels sont les cas des couverts, des étuis à lunettes, des bracelets et des colliers. À l’état brut ou teintées, les cornes de zébu restent des matières exploitables pour concevoir de jolis produits artisanaux.

L’abondance des bois précieux (palissandre, ébène et bois de rose) et des pierres précieuses (béryl, améthyste ou aigüe marine) contribue activement au développement de l’artisanat malgache.

La gastronomie malgache

Le riz constitue le plat principal des Malagasy, et ce, peu importe les régions et les ethnies. Pour rehausser sa saveur, il peut être accompagné de viande de zébu, de porc, de poulet ou de poisson. La cuisine peut être préparée de différentes façons.Ce qu’il faut surtout retenir, c’est l’importance du riz à Madagascar. La population de classe moyenne en consomme trois fois par jour (matin, midi et soir).

Les plats typiquement malgaches sont, en l’occurrence, le romazava, le ravitoto, les achards, le kitoza et le koba ravina. Le romazava s’apparente à un ragout à base de viandes, de brèdes et de gingembre.La ravitoto est un met à base de feuilles de manioc pillées. Il est généralement cuisiné avec des morceaux de viande gras.Les achards servent surtout d’accompagnement. Tous les légumes y passent : carotte, chou, concombre, poivron… Les morceaux de mangues macérées dans une sauce vinaigrette émoustillent également les papilles. Le kitoza est une viande de zébu séchée, puis coupée en lanière. On le mange principalement avec du riz lors du petit-déjeuner. Le koba ravina est un gâteau façon malgache. Cet aliment à base d’arachide, de farine de riz et de sucre roux est conditionné dans des feuilles de banane.

La cuisine malgache varie selon les cultures et les traditions. Une chose est sûre, tous les plats sont savoureux. Il faut savoir que la plupart des fruits et des légumes d’Europe peut être cultivée sur le sol malgache, hormis la cerise. La vanille apporte une touche de saveurs aux plats. Cette plante fait la renommée de la Grande Île.

Ses infrastructures routières et ses moyens de transport

En règle générale, les routes nationales sont praticables tout au long de l’année. Elles relient les principales villes de Madagascar, notamment les six provinces. Pendant et après la saison des pluies, certaines routes nationales sont abîmées. Sinon, la saison sèche reste la période favorable pour sillonner la Grande Île d’un bout à l’autre.

Il faut quand même noter que la plupart des infrastructures routières sont des routes secondaires et des pistes. Les zones rurales sont les plus concernées. Lorsqu’il pleut, seuls les tout-terrain peuvent y accéder. La totalité des routes praticables à Madagascar mesure 50 000 km. Les 5 000 km sont essentiellement des routes bitumées.

Par ailleurs, l’île dispose de voies ferrées qui s’étendent sur plus de 893 km. La majorité des lignes ferroviaires se destine aux transports des marchandises. Seules les lignes Moramanga – Toamasina et Fianarantsoa – Manakara sont accessibles aux touristes. Voyager en train vous fera également découvrir d’autres facettes de Madagascar.

Pour favoriser sa croissance commerciale, Madagascar a investi dans la construction de 11 aéroports principaux. Ils se situent respectivement à Antananarivo (Ivato), à Toamasina, à Nosy Be, à Maroantsetra, à Mahajanga, à Sainte-Marie, à Morondava, à Mahajanga, à Toliara, à Sambava et à Tolagnaro.

Les sites touristiques à Madagascar

Les touristes s’accordent à dire que Madagascar est une île à absolument découvrir. Ce pays abrite des sites touristiques d’exception, en plus d’être riche en biodiversité. Chaque partie de l’île a ses propres particularités. Le Nord est réputé pour sa baie à couper le souffle. Le sud se distingue de par ses authentiques massifs épineux. La verdure de ses végétaux fait la renommée de la partie Est. Les grands fleuves et ses forêts sèches font de l’Ouest une zone hors du commun.

Le tourisme malgache a connu un véritable essor dans le courant des années 80, plus précisément au début de 1984. Le pays dispose d’un grand nombre de parcs nationaux, à l’instar de l’Andasibe, de l’Isalo, du Bemaraha, d’Ankarana et de Ranomafana. Tous méritent un petit détour.

Les parcs constituent un passage obligé pour ceux qui souhaitent plonger au cœur de la faune et de la flore de Madagascar. Il est à noter que les Tsingy de Bemaraha et le massif de l’Isalo sont classés patrimoine mondiale par l’UNESCO.

La partie nord de Madagascar est la destination par excellence pour tous les touristes désireux de contempler de près les îlots coralliens. On y trouve les Nosy Komba, Iranja, Tanikely, Mitsio, Sakatia et, bien sûr, Nosy-Be.

L’éducation à Madagascar

La Grande Île possède plusieurs écoles et universités. Malgré le foisonnement des institutions d’apprentissage pour enfants, adolescents et adultes, le taux d’analphabétisme de la population est assez élevé. Ce phénomène est surtout visible dans les milieux ruraux. Pour y remédier, les organismes internationaux fournissent régulièrement de l’aide au gouvernement malgache.

Depuis 1972, l’État malgache s’est émancipé du programme d’enseignement français. Cela explique la présence de deux classes d’écoles à Madagascar : les écoles malgaches et les écoles françaises. On fait référence aux écoles d’expression française.

Bien que la langue malgache soit langue officielle au sein des écoles et des administrations publiques, la langue française demeure la première langue enseignée, suivie par l’anglais. C’est à partir de l’année 1990 que les écoles privées ont pris de l’ampleur. Depuis, le système d’enseignement français a repris le dessus.

Une fois le baccalauréat en poche, les étudiants peuvent poursuivre leurs études auprès des universités publiques. Ces établissements sont présents dans chaque province et proposent des filières variées. L’université d’Antananarivo a accueilli ses premiers étudiants en 1963. Au fil des années, plusieurs filières ont été mises à la disposition des bacheliers. En font partie les sciences agronomiques, la géologie, la médecine, le BTP et l’administration d’entreprise. Cette dernière est communément appelée gestion.

Madagascar, cette île isolée que l’on surnomme l’île Rouge, est très riche en biodiversité. Ses espèces faunistiques et floristiques endémiques en font une destination de rêve, tant pour les touristes que pour les chercheurs. C’est en visitant les parcs nationaux, les nombreux sites touristiques et les forêts primaires que les voyageurs se rendront compte que Madagascar est une île de beauté. Les compagnies aériennes n’en finissent pas d’augmenter. Air Madagascar, Air Mauritius, Air France ou Corsair, toutes vous accordent le privilège d’organiser un voyage inoubliable dans cette île exceptionnelle. En ce qui concerne l’hébergement, des hôtels de standing, des complexes balnéaires, des hôtels de catégorie moyenne et des gîtes ont été conçus pour accueillir les touristes. Afin de faire vos achats, il est nécessaire d’échanger vos devises contre l’Ariary, qui est la monnaie courante. Il ne faut pas non plus oublier de se munir des objets nécessaires pour le voyage, sachant que le climat varie d’une province à une autre.